Mail Slack Twitter Feed Flickr Github LinkedIn Mastodon Information git Clock Français English Aller directement au contenu principal
citoyen

Mon propre guide d’écriture inclusive

Cet article me servira de note à moi-même ou d’explication vers laquelle pointer si j’ai besoin d’expliquer ma façon de procéder.

  • Lorsque le masculin et le féminin sont présents, les ordonner selon l’ordre alphabétique « l’égalité femmes-hommes ».
  • Utiliser l’accord de proximité : « les auditeurs et les auditrices ont été appelées à s’exprimer ».
  • Exprimer tous les mots s’ils ont plus d’une ou deux lettres de différences, le point médian sinon : « les acteurs et les actrices » ; les « salariés ».
  • Utiliser « humains » plutôt que « Hommes » pour désigner l’humanité ; utiliser « les femmes » plutôt que « la femme » pour parler des femmes autrement que dans leurs sensualités.

L’ensemble de ce blog ne respecte pas forcément ces règles. Certains articles ont été écrits avant que mes valeurs féministes ne m’emmènent sur ces contrées. Je ne m’interdis pas de reprendre certains articles récents pour y appliquer ces règles.


Parce que l’inclusivité inclut aussi le handicap, je ne souhaite pas que la graphie particulière du point médian ne gêne les utilisateurs et utilisatrices d’une synthèse vocale. J’ai donc décidé de « décorer » ces extensions inclusives d’un élément span ayant l’attribut aria-hidden="true" par le biais de mon plugin de correction microtypographique pour Jekyll.

De toutes les possibilités, cela m’a semblé être la plus logique à mettre en œuvre pour moi, étant donné que j’étais capable d’en surmonter la complexité technique.


Pour éviter les malentendus :

Oui, c’est une évolution de la langue française.

Non, ça n’est pas parfait, ni dans l’usage ni dans la graphie, et je suis prêt à faire évoluer ma position si on me propose mieux.

Oui, c’est complètement idéologique donc pas la peine de le souligner.

Non, ce n’est pas absolu et je n’oblige personne à pratiquer ces techniques, pas plus que je ne m’y oblige moi-même dans d’autres contextes, notamment professionnel.


Je comprends la réticence de certains face à ces règles. Dès lors qu’on touche à la langue, les réactions sont violentes, on l’a vu il y a peu avec la réforme de l’orthographe. Nous sommes attachés à notre langue car elle est un marqueur fort de notre patrimoine national et je comprends l’agacement de celles et ceux qui voient ici un danger. J’y vois, au contraire, une opportunité d’utiliser ce que nous avons de plus fort pour porter une valeur juste.

Dans la même catégorie :

10 commentaires

  • Gilles
    Lien direct vers ce commentaire

    Gilles

    Pile quelques jours après que j’ai décidé de faire de même sur mon blog :)
    Merci pour cette synthèse donc.
    Personnellement, pas de « point médian » car je ne sais pas les faire naturellement au clavier, donc « . » et hop.
    Pas compris par contre « la femme = sensualité » o.O et pour le coup du handicap… ça devient trop technique pour moi d’adapter ça pour du WordPress :/

    Répondre à Gilles
    • Manu
      Lien direct vers ce commentaire

      Manu

      C’est dommage de mettre des points finaux, mais en effet le point médian n’est pas encore sur les claviers. L’AFNOR doit publier deux nouvelles normes de clavier français en janvier, qui – il me semble – proposeront le point médian.

  • Anthony
    Lien direct vers ce commentaire

    Anthony

    Merci d’arrêter de pourrir la toile avec ce truc qui rend la lecture plus que pénible.
    Et pour en finir avec cette règle débile et insupportable : Déclaration de l’Académie française sur l’écriture dite « inclusive »
    Au passage, je n’ai pas besoin de cette merde pour savoir que la femme est mon égal et pour avoir des « valeurs justes ». Ainsi je me bats au quotidien pour l’égalité des sexes et c’est pas en inventant des règles stupides que les salaires vont être égaux.
    Quelle connerie sérieusement.

    Répondre à Anthony
    • manu·e
      Lien direct vers ce commentaire

      manu

      Ah tiens je n’avais jamais vu ce lien, c’est intéressant. « L’academie française », vous dites ?

    • Boris
      Lien direct vers ce commentaire

      Boris

      Nous n’avons pas grand-chose à nous dire : vous pensez que la langue française est entre les mains d’une poignée de vieux riches qui n’a de cesse de torpiller depuis plus de trente ans toute évolution du français. Je pense que le français est, plus simplement, la langue parlée par les français.
      Je n’oblige personne à écrire comme moi, ni ne vous oblige à me lire. Un retour cependant sur votre propre écriture : la noblesse de vos combats ne transpire pas dans le niveau de langue de votre commentaire. Il me semble qu’entre personnes partageant des valeurs communes, nous pourrions faire l’effort de nous parler avec plus de bienveillance.

  • Tom
    Lien direct vers ce commentaire

    Tom

    Je suis partagé. Entre l’érosion - injustifiées - des accents et l’écriture « inclusive ». Je trouve que l’Académie française alterne bizarrement entre révisionnisme et passéisme.
    Je conçois l’érosion mécanique en tant que langue parlée. Même si j’ai le réflexe de la combattre farouchement. En tout cas ce qui me touche le plus ce sont les fautes d’orthographe. Le principe de relecture n’a plus cours, j’entends : la relecture par une tierce personne.
    Un exemple ?

    J’ai donc décidé de « décoré » ces extensions inclusives […]

    « décoré » y est mal accordé, il devrait être à l’infinitif :

    J’ai donc décidé de « décorer » ces extensions inclusives […] »

    Et c’est ce genre de chose qui me trouble surtout et me fait « rage quit » un article… mdr ! Et c’est malheureusement devenu monnaie courante dans la presse.

    Répondre à Tom
    • Boris
      Lien direct vers ce commentaire

      Boris

      Merci d’avoir signalé cette erreur, je suis moi-aussi très sensible à l’orthographe. Malheureusement, il m’est plus facile de trouver les fautes des autres à la relecture que les miennes…
      Pour ce qui est des relectures, j’en demande pour chaque article, mais tout le monde n’est pas un professionnel du français… J’aime cependant l’idée d’un groupe de relecture, entre blogueurs par exemple. C’est peut-être quelque chose qu’on pourrait mettre en place à quelques-uns.

    • Tom
      Lien direct vers ce commentaire

      Tom

      Oui et d’ailleurs je vois une erreur aussi en relisant mon post ‼ aïe !

      « érosion - injustifiées » <> « érosion - injustifiée »
      Hem… je crois reconnaître - d’ailleurs - la tournure initiale qui a menée à cela !

      Du coup, ça illustre bien nos propos ! mdr !

      Je fais relire mon blog par ma femme justement dans le but d’éviter cela.
      En tout cas, oui, la re-lecture croisée des blogs est une excellent idée !

  • Au nom de la lisibilité et de l'intelligibilité de langue française
    Lien direct vers ce commentaire

    Au nom de la lisibilité et de l’intelligibilité de langue française

    Personnellement, je trouve que c’est une connerie sans nom qui rend la lecture très difficile. Cela n’a aucun intérêt, ni pratique, ni moral. Pourquoi ne pas créer des règles spécifiques pour les transgenres pendant qu’on y ait, ou le sexe neutre récemment reconnue par la Cour de cassation…

    Cette histoire d’écriture incluse est du grand n’importe quoi.

    Répondre à Au nom de la lisibilité et de l’intelligibilité de langue française
    • Boris
      Lien direct vers ce commentaire

      Boris

      Pourquoi ne pas créer […] le sexe neutre récemment reconnue par la Cour de cassation…

      C’est une excellente idée, merci de l’avoir mise en avant. Pour cela, il faut d’abord faire évoluer les mentalités, ce qui passe notamment par des initiatives comme la mienne.

      Notez qu’à aucun moment je n’ai tenté de vous convaincre ou de vous inciter à faire comme moi : je me réserve d’ailleurs moi-même le droit de ne pas toujours appliquer ces règles, c’est vous dire !

      Si cela vous rend la lecture difficile, sachez que le Web est un endroit formidable avec énormément de contenus à lire. J’espère que vous trouverez chaussure à votre pied ailleurs et vous souhaite bon voyage dans vos pérégrinations hors de ce blog.
      Attention à la marche en sortant.