Mail Facebook Twitter Feed Flickr Github LinkedIn Search A loop Information git Clock Français English Algolia Aller directement au contenu principal
web 1 min Boris Schapira

Digital

J’évite souvent ici de parler de digital, préférant utiliser le terme numérique. Cependant, force est de constater qu’un secteur entier s’appelle aujourd’hui comme cela, et que digital et numérique sont souvent perçus très différemment.

Le numérique définit l’ensemble des équipements électroniques non-analogiques et les interactions que l’on peut avoir avec eux. Le terme est souvent associé à une valeur scientifique, mathématique, entrepreneuriale1 qui nous pousse à parler plutôt, lorsqu’on imagine certains projets, de digital.

Si on regarde bien, on en parle beaucoup dans le Web mais surtout, et c’est finalement le plus important, quand on parle des usages et des usagers. C’est à mon sens là que le digital se différencie du numérique : dans la valeur d’usage.

Nous passons d’une société matérialiste à une société expérientialiste.

expliquait Carine Lallemand, chercheuse en expérience utilisateur, pendant BlendWebMix 2015. La bascule de numérique vers digital traduit cette évolution dans les métiers où le contrôle de l’expérience devient la clé de voûte du succès.

  1. Une réflexion de fond serait à mener sur ce lien que semble faire le monde occidental entre innovation, technique et entreprise. Il y a là quelque chose qui tient de l’impérialisme économique de la Science devant la Culture… 

2 commentaires

  • Canag

    Canag

    Euh… en fait en français, « digital » c’est juste pour ce qui est propre aux doigts. L’usage de « digital » pour dire « numérique » c’est juste une erreur de traduction (un faux-ami) de l’anglais :

    digits -> digital
    nombres -> numérique

    C’est triste de voir encore cette confusion…

    Répondre à Canag
    • Boris

      Boris

      Bonjour et merci pour votre avis. Je comprends votre agacement, étant moi-même à cheval sur certaines choses, comme la typographie.

      Cependant, notre langue est vivante et à défaut d’en apprécier immédiatement toutes les évolutions, je fais au moins l’effort d’observer et d’essayer de comprendre d’où elles viennent et le sens qu’elles portent quand elles persistent dans le temps. C’est tout le sens du constat fait ci-dessus (qui n’est pas une adhésion – je n’utilise pas le mot « digital » moi-même dans mes écrits).

      Nous avons énormément de mots homophones en français, sans que ça ne pose de problème, et nous avons non seulement des anglicismes mais mêmes des constructions qui n’ont aucun sens en anglais : jogging, parking, smoking… Donc une de plus ne me choque pas outre mesure si elle apporte un sens supplémentaire qu’on ne trouve pas nécessairement dans « numérique ».

      La problématique est donc plutôt celle du contresens éventuel, notamment si on utilise « empreinte digitale » que l’on pourrait confondre avec « empreinte numérique ». Néanmoins, dans un cas comme celui-ci, le contexte devrait permettre d’identifier le sens.