Aller directement au contenu principal
citoyen 2 min Boris Schapira

Urgence ou pensée

Et plus ça dure, plus le refrain s’épuise. Faire vite, répondre tout de suite ! Entrer dans la course-poursuite en se disant qu’après tout, on a les jambes pour reprendre le dessus. Et si finalement, c’était une partie du piège ? Tant que l’on court, on oublie de regarder autour. Si cette urgence nous empêche de penser, quelles blessures peut-elle bien panser ?
« État d’urgence : plus c’est long, moins c’est bon #DATAGUEULE 58 »

Réfléchir n’est pas évident quand le monde nous incite à rester des crétins facilement manipulables. Pour ça, rien de plus simple que la peur qui, si elle a des raisons d’exister (la menace terroriste, par exemple, mais le travail est aussi un sujet angoissant), est savamment utilisée pour contenir les foules. S’en suit une progressive dérive autoritaire qui tait son nom et dans laquelle il serait facile de broyer du noir.

Ceux qui pensent broyer du noir sont des fous, c’est le noir qui les broie.
« Projection », Éric Daspet

Et si on s’arrêtait pour penser à tout cela et se rendre compte qu’une grande partie des ombres vient du choix de l’éclairage ?

Mail Facebook Twitter Feed Flickr Github LinkedIn Mastodon Search A loop Information git Clock Français English