Aller directement au contenu principal
2 min Boris Schapira

Chromium : l'âge adulte

A la maison, ma femme et moi avons une règle : je peux bidouiller ce que je veux sur l’ordinateur, tant que je lui permets d’avoir en permanence un navigateur qui fonctionne, qui contient sa bibliothèque de mots de passe et une connexion à notre compte Delicious pour la gestion des favoris. J’ai donc décidé, il y a quelques mois, de lui laisser le meilleur navigateur que je connaissais : Firefox. De mon côté, je me suis aventuré du côté du rapide mais encore très jeune Google Chrome.

Mes débuts sur Chrome ont été difficiles. Le navigateur, malgré sa performance, manquait cruellement de fonctionnalités. Après plusieurs semaines d’utilisation, j’ai découvert que je pouvais utiliser directement les Nightly Builds (des versions du logiciel générées automatiquement à partir du code stable en développement) sous l’appellation Chromium (avec la contrainte de proprement désinstaller Chromium entre chaque version). Et croyez-moi, de Chrome à Chromium, il n’y a pas que trois lettres…

Un article de Korben a attiré mon attention récemment sur la dernière version de Chromium, qui introduit notamment le support des extensions et des UserScripts (comme Firefox avec l’extension GreaseMonkey). Avec un bon script sur Twitter, plus besoin de client. J’ai récupéré mes bookmarks et mon bouton pour mettre en favori en un clic grâce à l’extension Delicious. Un gestionnaire anti-pubs est même disponible, tout comme des extensions GMail et Google Reader avec actualisation automatique du nombre de non-lus.

Un vrai bonheur !

Bref, si vous avez donné sa chance à Chrome il y a quelques mois pour vérifier les affirmations de Mountain View concernant les performances de son bébé, n’hésitez pas à tester les dernières compilations de Chromium, vous ne serez pas déçus !

Mail Facebook Twitter Feed Flickr Github LinkedIn Mastodon Search A loop Information git Clock Français English Algolia