Aller directement au contenu principal
3 min Boris Schapira

Microsoft Arc Mouse, avis personnel

J’ai reçu, il y a quelques jours, un proposition de Heaven pour tester la Microsoft Arc Mouse, une souris à capteur laser actuellement vendue dans le commerce aux alentours de 60 euros. Lors de sa présentation, cette souris m’avait intrigué, tout en me laissant un arrière-goût amer. Vais-je retourner ma veste, acheté par les sirènes (que dis-je, les anges) du marketing ?**

Petit retour en arrière. Nous sommes en septembre 2008 et je fais le bilan de la Rentrée Microsoft Hardware :

Arc Mouse m’a ensuite attiré (ça devait être la soirée des souris !). À l’essai, mon sentiment est mitigé. Le concept est formidable (une souris pliable qui permet d’avoir un périphérique portable prenant peu de place tout en offrant une prise en main digne des souris épaisses de nos machines fixes), mais un détail me fâche : la position du bouton situé sous le pouce. Personnellement, il me manque une phalange pour y arriver, ce qui est je pense une petite erreur ergonomique. Dommage car l’idée aurait pu être mieux exploitée.

Retour au présent. J’ai reçu la MS Arc Mouse il y a quelque jours. Première impressions.

Déballage : vous croyiez vraiment que j’allais me prendre la tête à filmer un déballage de la souris ? On n’est pas chez un blogueur influent ici.

Installation (sous Windows) : une clé USB de taille ridicule est aimantée sous l’arc de la souris. Il s’agit d’un micro-transmetteur USB sans fil 2,4 GHz qui n’a nécessité, sous Vista, aucune installation. J’ai branché et la souris m’a immédiatement répondu. 20/20

Prise en main : Déroutante à cause de sa forme bombée, la souris épouse bien la main et c’est avec surprise qu’on découvre qu’elle est presque aussi agréable qu’une souris pour PC de bureau (il lui manque de quoi poser les doigts extérieurs, qui tombent dans le vide). Mais on a affaire ici à une souris qui une fois repliée peut s’emporter partout! Une fois repliée, la souris se loge dans n’importe quelle sacoche, sans avoir à sacrifier un autre périphérique. 18/20

Capteur : dommage, on a affaire ici à un « simple » capteur laser. Il fonctionne très bien, évidemment. J’aurais juste préféré un capteur BlueTrack, tant la différence m’avait impressionné à la Rentrée Microsoft Hardware. Un mauvais point pour l’Arc Mouse, mais un bon point global pour Microsoft, qui m’a séduit avec sa lumière bleue. 15/20

Boutons : les clics sont très doux, bien plus agréables que sur mon autre souris Microsoft ou sur ma Kensington. En revanche, la molette crantée n’est pas tellement à mon goût, d’autant qu’il a fallu que j’installe les pilotes IntelliPoint pour arriver à la régler convenablement. Autre point négatif : le bouton latéral. Habituellement, c’est la place du bouton de retour mais là non : par défaut, cela active le Flip 3D… quelle drôle d’idée ! Enfin bon, de toutes façons ce bouton est toujours aussi inateignable qu’en septembre, impossible que mon pouce y accède. 10/20

**Autonomie : **lorsque l’Arc Mouse est repliée, son capteur s’éteint, permettant une économie d’énergie non négligeable.

Conclusion :

L’Arc Mouse, assurément  positionnée dans le segment des souris transportable, se distingue par sa forme unique qui laisse vraiment l’impression d’avoir une « grosse » souris sous la main. Ce confort est également visuel, car la souris est plutôt jolie à regarder, et auditif, car une attention particulière a manifestement été apportée aux sons des boutons. Cependant, les choix ergonomiques d’une roulette à crans et d’un bouton latéral très avancé nuisent à l’ensemble. Au final, une très bonne souris avec un petit défaut qu’on oublie assez rapidement, mais qui gâche un peu l’ensemble.

Mail Facebook Twitter Feed Flickr Github LinkedIn Search A loop Information git Clock Français English