Mail Facebook Twitter Feed Flickr Github LinkedIn Search A loop Information git Clock Français English Algolia Aller directement au contenu principal
web 1 min Boris Schapira

Survivre dans une soirée de blogueurs #2

Divers sont les pièges à éviter lorsqu’on décide de se rendre dans une de ces fabuleuses soirées de blogueurs où l’on peut rencontrer autant de personnages captivants que de croc-cartes à la recherche de contacts influents…

Conseil n°2 : Comment éviter la marketeuse "Web 2.0" qui présente le dernier site web à la mode.

Collante comme pas deux, elle cherchera à placer le maximum de mots-clés significatifs dans son discours afin d’imposer son service comme une évidence dans votre esprit (notez que les vrais services devenus ‘évidents’ pour les blogueurs ont rarement envoyé des bimbos pour faire leur promo).

Pour l’éviter, soyez observateur et vous la verrez arriver, couverte du logo voire du nom complet de son site. Hurlez à son arrivée "Aaahh, <nom du site> (si vous ne le retrouvez pas, contentez-vous d’un "Aaah, vous !" insinuant que vous savez parfaitement de quoi il s’agit)… On vous a pas mal vu sur le Net dernièrement !".

Elle comprendra que vous avez déjà assimilé le nom du site et que vous faisiez partie de la cible première du buzz lancé trois mois auparavant. N’ayant plus aucune raison de vous baratiner, elle ira voir ailleurs.

 

Conseil n°3 : Se débarasser du blogueur en pure recherche de contacts

Il a un blog qu’il a ouvert récemment, peu de visiteurs et une facheuse tendance à ne pas attendre que vous vous soyiez présenté pour demander votre carte. D’abord pour savoir s’il doit perdre son temps avec vous (pour ceux dont le nom ne dit rien) et ensuite pour éventuellement pouvoir vous recontacter plus tard…Souvent surexcité par la présence simultanée d’autant de backlinks-sur-pattes, il arbore un large sourire, les yeux grands ouverts, et hurle "Vous n’auriez pas vu Loic LeMoeur ?!". Pour s’en débarasser, plusieurs solutions :

  • La méthode Gonzague : "Qui ça ? Non, je vois pas. Ah ouais, le mec qui se la pète sur Twitter… non, je vois pas du tout quelle tête il a."* La méthode Dream : "Ben c’est moi. Enfin, un jour sur trois."* La méthode de la touffe sur patte ( il a les cheveux attachés, il triche) : "Ouais, c’est le mec là-bas, le grand, brun, avec les lunettes."Bien sûr, ce n’est pas lui. Le blogueur fou risque de revenir, mais ça aura bien fait marrer tout le monde.