Mail Facebook Twitter Feed Flickr Github LinkedIn Mastodon Search A loop Information git Clock Français English Algolia Aller directement au contenu principal
web 2 min Boris Schapira

Qu'est-ce qu'un RSS ?

Tous vos amis créent leurs blogs, vous croulez sous les sites de news et vous êtes toujours surpris de voir à quelle vitesse le web s’est transformé en un aussi grand bazar où tout va très vite… trop vite. Il existe une solution pour gérer vos suivis. Pour bien la comprendre, je vous propose un petit historique du Web :

**A l’origine était le contenu
**

Aux tous débuts d’Internet, et pendant quelques longues années, la page Web régnait en maître. C’était l’ère de la mise à disposition : l’auteur exposait sa production, et les visiteurs devaient se déplacer (et déjà connaî tre l’adresse) pour en profiter.

Après cette première période de servitude de l’internaute vint l’ère du tout-par-mail. Vous trouviez un site sympa ? Plus besoin de vous déplacer: vous vous inscriviez à la « newsletter » et hop, le tour était joué. À vous les mails de résumés de matchs de foot, les recettes de cuisine, les astuces pour améliorer votre swing, les conseils jardinages…

Et très vite, entre tous ces mails et les publicités non-sollicitées, votre boite aux lettres était saturée. Paix à son âme.

De toutes les manières, les webmaster en avaient assez de devoir produire, souvent à fréquence régulière, des véritables pages dédiées reprenant la plupart du temps quelque chose qui avait été excitant sur l’instant et qui ne l’était plus. Les newsletters avaient fait leur temps. Il fallait trouver un compromis.

**Contenter tout le monde
**

Reprenons notre réflexion: l’internaute veut pouvoir suivre les publications d’un site sans pour autant s’engager dans la divulgation d’infos confidentielles ou la gestion à outrance d’e-mails. Il veut un truc simple qui lui permettrait de suivre le fil des publications à son gré. Le webmaster, ou plutôt l’auteur, souhaite avant tout qu’on n’entrave pas sa créativité. Il veut pouvoir publier quand il le veut tout en étant sûr que le lecteur fidèle sera au courant même sans venir sur le site.

C’est là qu’intervient le moteur de flux RSS et l’agrégateur de flux RSS. Les mots sont pompeux mais j’ai comme à mon habitude une belle comparaison pour étayer l’explication. Imaginez un barrage en aval d’une grande montagne. L’eau qui parvient à ce barrage provient de multiples affluents et se retrouve contenue par celui-ci jusqu’à ce qu’on ouvre les vannes. Un moteur de flux est un affluent. À partir du contenu d’un site, il génère automatiquement un fichier -notre rivière- que l’on appelle un flux.

Un agrégateur est un barrage. Il retient pour vous le fil de l’actualité, c’est-à -dire l’ensemble du contenu des sites que vous aimez. Mais comme tout barrage, il vous permet également de relâcher la pression. Soit au compte goutte, article par article au fil de votre lecture, soit un flux complet, soit tous.

Et concrètement, chez moi ?

Il existe plusieurs types d’agrégateurs RSS : intégrés aux navigateurs ou à part, en ligne sur un site web ou lancés depuis votre ordinateur. En fait, le navigateur que vous utilisez gère déjà probablement les flux RSS. Pour cela, cherchez l’icône (standard international des flux RSS) et ouvrez dans une nouvelle fenêtre le flux RSS en cliquant sur « S’inscrire au flux RSS 2.0 ».

Une nouvelle page devrait alors s’ouvrir, vous affichant l’ensemble des articles dans un format particulier. Cliquez sur le lien « M’abonner à ce flux ». C’est fini. Dans Internet Explorer 7, vous pouvez dès lors cliquer sur l’étoile des Favoris situées en haut à droite, puis sélectionnez « Flux ». L’ensemble des flux auxquels vous êtes inscrits (l’ensemble des « rivières » que votre « barrage » intercepte) s’affiche, avec en gras ceux qui contiennent des articles non-lus.

Vous n’aurez plus besoin d’aller tous les jours sur 40 blogs ou sites pour voir lesquels ont été mis à jour. Ouvrez cette fenêtre de Flux et vous verrez en un clin d’œil les sites en gras, c’est-à -dire ceux qui ont publié quelque chose. Vous voilà à nouveau maitre du Web.