[PS3] Gagnez des jeux ModNa­tion Racers !

Si vous avez vu la vidéo de l’ar­ticle précé­dent, vous avez déjà une petite idée de ce qu’offre ModNa­tion Racers, le dernier chou­cou de Sony sur PS3 et PSP.
Je vous propose aujoud’­hui quelques infos supplé­men­taires sur le jeu, ainsi que la possi­bi­lité de gagner une PS3, une PSP et/ou plusieurs jeux ModNa­tion Racers sur ces deux consoles. Alors, moti­vés pour « drif­ter » ?

Pour­suivre la lecture

[PS3] Heavy Rain

Heavy Rain est une exclu­si­vité PS3 réali­sée par Quan­tic Dream, studio à l’ori­gine de Fahren­heit et The Nomad Soul, deux excel­lents jeux ayant reçu à leur sortie de bonnes critiques sans rencon­trer leur public. Heavy Rain ne déro­gera pas à la règles. Certains adore­ront, d’autres détes­te­ront. Car Heavy Rain n’est pas vrai­ment un jeu vidéo mais une nouvelle implé­men­ta­tion du concept de loisir inter­ac­tif.

Pour­suivre la lecture

Jeux vidéo respon­sables

Une polé­mique enfle depuis quelques temps autour d’une scène parti­cu­liè­re­ment violente du jeu à succès Modern Warfare 2 dans laquelle le joueur, incar­nant un soldat, se retrouve au cœur du géno­cide de la popu­la­tion d’un aéro­port, contraint d’exé­cu­ter froi­de­ment l’en­semble des civils présents pour réus­sir sa mission.

Pour­suivre la lecture

Pira­tage : et le jeu vidéo ?

Ces derniers jours ont lieu de nombreux débats autour de la loi « Hadopi », de la culture libre ou du pira­tage. Au cœur de ce débat : l’in­dus­trie des loisirs média­tiques.

Toute l’in­dus­trie ? Non, pas toute : un secteur conti­nue à croître de manière assez indé­cente malgré le pira­tage de ses œuvres : le jeu vidéo. Le CA du marché du jeu vidéo en France vient d’aug­men­ter de 40 millions, attei­gnant les 3 milliards d’eu­ros.

Dans un monde poli­tique où pira­tage implique défi­cit, comment cela est-il conce­vable ?

Pira­tés car trop proté­gés

Prenons quelques chiffres sur le pira­tage des jeux vidéo sur Torrent­freak, le blog de BitTorrent :
– Spore : 1 700 000 télé­char­ge­ments.
– The Sims 2 : 1 150 000 télé­char­ge­ments.
– Assas­sin’s Creed : 1 070 000 télé­char­ge­ments.
– Crysis : 940 000 télé­char­ge­ments

Pourquoi ces jeux, qui ne sont pas forcé­ment en tête des ventes, ont-ils été pira­tés ?

Facile, diront les physi­ciens adeptes de Sir Isaac Newton : action implique réac­tion. Dans ce cas précis, ce qui a valu à ces jeux d’être aussi piraté, c’est sûre­ment leur forte protec­tion contre… le pira­tage.

En obli­geant le joueur à être connecté à Inter­net ou en proté­geant le support au point de le rendre incom­pa­tible avec de nombreux lecteurs, les éditeurs ont forcé les joueurs à pira­ter les œuvres… y compris pour en profi­ter léga­le­ment. Que dire d’un jeu fami­lial comme les Sims, dont on inter­dit l’ins­tal­la­tion sur plusieurs ordi­na­teurs ? Quand la famille paie plusieurs centaines d’eu­ros pour l’en­semble des ajouts de conte­nus commer­cia­li­sés, ne serait-il pas normal de lui lais­ser la possi­bi­lité d’ins­tal­ler le jeu sur plusieurs ordi­na­teurs ?

Des solu­tions existent

A l’in­verse, de nombreux titres passion­nants n’ont que peu été pira­tés. C’est le cas des jeux dits « casual », notam­ment les jeux se jouant à plusieurs de la Wii, qui sont davan­tage des consom­mables de soirées que de réelles aven­tures et pour lesquelles on ne « prend pas la peine » de lancer un télé­char­ge­ment. C’est aussi le cas de jeux à acces­soires, puisque l’achat dudit acces­soire est souvent réalisé en même temps que celui du jeu.

Musique et vidéo, que faut-il faire ?

L’exemple du jeu vidéo montre qu’on peut être très exposé à la contre­façon numé­rique tout en conser­vant son marché captif. Pour cela, certaines pratiques devraient être encou­ra­gées :

  • Déve­lop­per des solu­tions adap­tées au foyer, pas à l’in­di­vidu. Des solu­tions au forfait existent, mais sont encore peu connues. Il faut les sortir du placard.
  • Trou­ver de nouveaux moyens de distri­buer les médias, en les acces­soi­ri­sant (vente de carte SD avec album inté­gré, goodies)

Enfin l’exemple du jeu vidéo souligne une vérité supplé­men­taire sur les compor­te­ments des consom­ma­teurs : plus l’in­dus­trie tentera de les en empê­cher, plus ils iront vers le pira­tage.