Archives du mot-clé Jeu Video

[PS3] Gagnez des jeux ModNation Racers !

Si vous avez vu la vidéo de l’article précédent, vous avez déjà une petite idée de ce qu’offre ModNation Racers, le dernier choucou de Sony sur PS3 et PSP.
Je vous propose aujoud’hui quelques infos supplémentaires sur le jeu, ainsi que la possibilité de gagner une PS3, une PSP et/ou plusieurs jeux ModNation Racers sur ces deux consoles. Alors, motivés pour « drifter » ?

Lire la suite

[PS3] Heavy Rain

Heavy Rain est une exclusivité PS3 réalisée par Quantic Dream, studio à l’origine de Fahrenheit et The Nomad Soul, deux excellents jeux ayant reçu à leur sortie de bonnes critiques sans rencontrer leur public. Heavy Rain ne dérogera pas à la règles. Certains adoreront, d’autres détesteront. Car Heavy Rain n’est pas vraiment un jeu vidéo mais une nouvelle implémentation du concept de loisir interactif.

Lire la suite

Piratage : et le jeu vidéo ?

Ces derniers jours ont lieu de nombreux débats autour de la loi « Hadopi », de la culture libre ou du piratage. Au cœur de ce débat : l’industrie des loisirs médiatiques.

Toute l’industrie ? Non, pas toute : un secteur continue à croître de manière assez indécente malgré le piratage de ses œuvres : le jeu vidéo. Le CA du marché du jeu vidéo en France vient d’augmenter de 40 millions, atteignant les 3 milliards d’euros.

Dans un monde politique où piratage implique déficit, comment cela est-il concevable ?

Piratés car trop protégés

Prenons quelques chiffres sur le piratage des jeux vidéo sur Torrentfreak, le blog de BitTorrent :
- Spore : 1 700 000 téléchargements.
- The Sims 2 : 1 150 000 téléchargements.
- Assassin’s Creed : 1 070 000 téléchargements.
- Crysis : 940 000 téléchargements

Pourquoi ces jeux, qui ne sont pas forcément en tête des ventes, ont-ils été piratés ?

Facile, diront les physiciens adeptes de Sir Isaac Newton : action implique réaction. Dans ce cas précis, ce qui a valu à ces jeux d’être aussi piraté, c’est sûrement leur forte protection contre… le piratage.

En obligeant le joueur à être connecté à Internet ou en protégeant le support au point de le rendre incompatible avec de nombreux lecteurs, les éditeurs ont forcé les joueurs à pirater les œuvres… y compris pour en profiter légalement. Que dire d’un jeu familial comme les Sims, dont on interdit l’installation sur plusieurs ordinateurs ? Quand la famille paie plusieurs centaines d’euros pour l’ensemble des ajouts de contenus commercialisés, ne serait-il pas normal de lui laisser la possibilité d’installer le jeu sur plusieurs ordinateurs ?

Des solutions existent

A l’inverse, de nombreux titres passionnants n’ont que peu été piratés. C’est le cas des jeux dits « casual », notamment les jeux se jouant à plusieurs de la Wii, qui sont davantage des consommables de soirées que de réelles aventures et pour lesquelles on ne « prend pas la peine » de lancer un téléchargement. C’est aussi le cas de jeux à accessoires, puisque l’achat dudit accessoire est souvent réalisé en même temps que celui du jeu.

Musique et vidéo, que faut-il faire ?

L’exemple du jeu vidéo montre qu’on peut être très exposé à la contrefaçon numérique tout en conservant son marché captif. Pour cela, certaines pratiques devraient être encouragées :

  • Développer des solutions adaptées au foyer, pas à l’individu. Des solutions au forfait existent, mais sont encore peu connues. Il faut les sortir du placard.
  • Trouver de nouveaux moyens de distribuer les médias, en les accessoirisant (vente de carte SD avec album intégré, goodies)

Enfin l’exemple du jeu vidéo souligne une vérité supplémentaire sur les comportements des consommateurs : plus l’industrie tentera de les en empêcher, plus ils iront vers le piratage.

Premières impressions sur FFVII:CC

Tous les jours, je prends le métro. Un peu plus de 40 minutes par trajet, matin et soir. Parfois, je lis le journal. D’autres fois, je lis un roman. Depuis Noël, je m’offre une cure de jouvence qui me rappelle mes quinze ans… Bienvenue dans le monde de Final Fantasy VII : Core Crisis.

Final Fantasy VII Crisis Core Intro (OP)
envoyé par Logorrhee

Final Fantasy VII est un souvenir impérissable que j’ai déjà raconté ici. Imaginez donc l’envie qui me prend, depuis plusieurs mois, d’acheter sa préquelle Final Fantasy : Crisis Core. La vente du PC fixe a permis d’investir dans une PSP d’occasion (Lite Blanche, pour les pointilleux du détail)., tandis que le jeu m’a été offert par le père Noël bordelais, passé chez ma mère… Me voilà donc scotché à ma console matin et soir !

Situer chronologiquement quelques années avant Final Fantasy VII, Core Crisis place le joueur dans l’univers familier de la Shinra, à Midgar. On y croise Sepiroth, Cloud, Aerith, les Turks, Hojo et bien d’autres (et je n’en suis qu’à quelques heures de jeux). Plus de RPG pur, mais un Action-RPG mieux adapté au jeu occasionnel (et donc parfait pour les interuptions régulières dans le métro).

Ce qu’il m’impressionne le plus pour l’instant, c’est la délicatesse des références au jeu de Hironobu Sakaguchi et Kazushige Nojima. Combien de temps les scénaristes de cette préquelle ont-ils joué au jeu original pour placer autant de clins d’oeil discret à l’oeuvre d’il y a dix ans ? Combien d’heures sacrifiées à observer les décors originaux pour les recréer, dans toute la splendeur technologique permise par la Playstation portable ?

Y avez-vous joué ? Qu’en avez-vous pensé ?

(merci de ne pas trop dévoiler le scénario…)

Annonce : Final Fantasy Versus XIII

Encore une fantastique vidéo trouvée chez Play5 (merci Sane). Final Fantasy XIII est une exclusivité PS3 dont on ne sait encore que très peu de choses. En effet, ni sa date de sortie, ni le scénario, ni même le style de jeu qu’implémentera ce Final Fantasy alternatif n’ont été dévoilés. Pour ma part, j’attends un action-RPG contemporain et citadin, un peu plus sombre et violent que les productions habituelles de Square-Enix…

GoPets : SPA pour IM

Microsot Casual Games (la partie de la Firme dédiée aux activités ludiques qui vous font perdre du temps au bureau – et je ne parle pas de la copie de fichiers dans Vista) vient de signer un contrat avec GoPets Ltd pour intégrer une version de GoPets au cœur de Windows Live Messenger.

GoPets est un monde virtuel rempli de tamagotchis gentils animaux originaux qui discutent ou jouent à des mini-jeux ensemble. Comptant plus de 650 000 utilisateurs, il compte voir sa fréquentation sur Messenger franchir le cap des 20 millions (rappelons que Messenger a 300 millions d’utilisateurs actifs dans le monde). Si Messenger et GoPets arrivent à leurs fins, GoPets deviendra le premier MMORPG du monde.

La cible visée ? Les femmes. En effet, elles représentent 82% de la population totale des joueurs. L’attrait du jeu provient, comme pour Les Sims (un autre grand succès auprès de la gente féminine), des possibilités de personnalisation de sa créature et de son habitat.

L’absence de frais d’inscription est également un argument concurrentiel. Mais c’est aussi un risque pour la qualité du jeu puisqu’en contrepartie, de la publicité est diffusée ‘in game’ et certains objets spéciaux peuvent être achetés.

Reste à savoir quelles seront les réactions des utilisateurs des pays dans lesquels l’initiative a été lancée : Australie, Japon, Corée et USA. Nous autres français devront donc attendre de savoir si oui ou non, nous serons tolérés sur les serveurs GoPets mondiaux.

Mais ne soyez pas triste. En attendant, il nous reste des équivalents français. Oui je sais : c’est dur.

Sources : Windows Live Messenger Team & Red Herring