3 véri­tés, 1 mensonge, 1 devi­nette

Un petit billet « chaîne de blogueurs » qui meuble en atten­dant que j’ai moins de travail et plus de temps à consa­crer à cet espace. L’idée est simple, il s’agit d’énon­cer 4 asser­tions dont seule­ment 3 sont des véri­tés (vous allez, voir, rien de très origi­nal, j’ai tout pompé sur Aratta qui m’a trans­mis la chaîne). A vous de trou­ver le mensonge.

Pour­suivre la lecture

Geek Chic #4 : Vamos à la playa

GeekChic4Comme à mon habi­tude, j’étais encore une fois au rendez-vous de la Geek Chic, orga­ni­sée pour l’oc­ca­sion du côté de Mont­par­nasse. Arrivé parmi les premiers (si ce n’est le premier) devant le Brazil Tropi­cal, j’ai d’abord eu la mauvaise surprise de décou­vrir que le début de la soirée avait été décalé à 19h30, voire plus tard, au lieu de 19h.

Je m’ap­prê­tais à sombrer dans l’al­cool pour noyer ma tris­tesse (comprendre : prendre une bière en atten­dant que ça commence) quand est arrivé un petit groupe de geeks plus ou moins ratta­chés à A Mon Humble Avis qui m’ont fati­gué les muscles faciaux et donner le cancer (comprendre : fais rigo­ler et offert une ciga­rette).

Bref, la soirée n’avait plus qu’à commen­cer et c’est vers huit heures moins le quart que nous sommes enfin rentrer, la queue derrière nous commençant à s’al­lon­ger plus que sérieu­se­ment.

A l’in­té­rieur, une ambiance de plage et de coco­tiers. Mes photos sont quasi­ment toutes floues et je ne trouve pas grand chose sur Flickr, il vous faudra donc imagi­ner. Mais l’im­por­tant, ce n’est pas l’en­droit, c’est ce qu’on y trouve. Et de ce côté-là, il y avait de quoi faire avec pas mal de très bon et un peu de bof…

Les bonnes surprises

Spidart, qui assu­rait la musique (ce dont je n’ai pas pu profi­ter car je suis parti trop tôt) avait installé quelques PCs pour montrer sa plate­forme de produc­tion et d’ac­com­pa­gne­ment des artistes à partir des dons des inter­nautes. J’ai ainsi appris que l’un de leurs poulains, Xavier V. Combs, venait de faire la première partie des Boyz II Men. Et il n’est pas seul puisque huit autres chan­teurs ou groupes ont déjà réussi à récol­ter 50000 euros : Naosol, Anesa, Jalane, Jessica Marquez, Jade, Tafta, The Star­li­ners et Anto Santa­ma­ria… pas mal pour cette jeune société ! D’ailleurs, je viens tout juste d’in­ves­tir 10€ sur Nico­las Loconte et j’at­tends ses prochains titres pour voir si je vais mettre davan­tage !

Pearl­tress tenait un des premiers stands, à l’en­trée. Pearl­tree pousse le concept d’hy­per­lien en offrant les outils permet­tant de struc­tu­rer, de hiérar­chi­ser et de repré­sen­ter graphique­ment des rela­tions ayant du sens entre diffé­rents conte­nus héber­gés sur le Web. La solu­tion est inté­res­sante, mais encore un peu austère je trouve. Mais il se peut qu’elle séduise rapi­de­ment de nombreux pres­crip­teurs. N’hé­si­tez pas à jeter un oeil au screen­cast.

Thq avait ramené l’écran géant et la PS3 pour nous montrer UFC 2009 Undis­pu­ted. D’après ce que j’ai pu comprendre, le joueur incarne un homme à moitié nu qui se jette dans les bras d’un autre homme puis, tout en trans­pi­rant, essaie de le mettre au sol pour qu’ils bougent l’un contre l’autre. Vous l’au­rez donc compris (ou pas), il s’agit d’une simu­la­tion de FreeFight au réalisme assez saisis­sant, voire même déran­geant quand les prota­go­nistes en viennent à se défor­mer le visage à coups de pieds… Bref, pas trop ma tasse de thé, même si graphique­ment ça reste une grosse claque.

Les inva­sions éphé­mères affi­chaient leurs créa­tions pour claviers : de très jolis petits auto­col­lants vyniles à coller sur les touches des Mac Book. Évidem­ment, leur gamme est bien plus vaste et j’ai vu dans leur cata­logue de très très jolies choses pour les murs de notre futur appar­te­ment. Vrai­ment une chouette décou­verte.

DIP faisait la démons­tra­tion de ses dispo­si­tifs audio sans-fil pour iPod/iPhone. Utili­sant une tech­no­lo­gie proprié­taire de trans­mis­sion que DIP annonce ne pas être pertur­bée par le blue­tooth ou le wifi envi­ron­nant, les deux produits présen­tés (un casque/oreillete opti­misé pour la course à pied et un haut-parleur pour vélo à accro­cher à côté de la sonnette pour faire le cake en bicy­clette) furent vrai­ment convain­cants. Reste à voir la qualité du son, ce qui m’a été diffi­cile à juger.

Les autres stands

Msi présen­tait sa gamme d’or­di­na­teurs mobile. Rien à signa­ler.

Norton avait affi­ché des grandes campagnes « Norton Heroes », surfant sur la vague des mutants et autres X-trucs pour vendre ses solu­tions de sécu­ri­tés.

Oxygé­nez-vous avait installé un bar à Oxygène où les blogueurs pouvaient venir tester une compo­si­tion aux huiles essen­tielles ou ache­ter une canette d’O2 à empor­ter. Amusant concept que j’ap­pré­cie­rais revoir puisque je n’ai pas eu le temps de tester moi-même la chose.

Tele­com ParisTech présen­taient son incu­ba­teur de start-ups. Je n’ai pas retenu grand chose, si ce n’est qu’Hello­co­ton et Hélia en font partie.

Geek­boos­ter propo­sait aux blogueurs présents son réseau d’échange de bannières à théma­tique High-Tech. Je ne suis pas resté long­temps mais je n’ai rien trouvé d’iné­dit.

Betk­lub et Chalen­ge­my­net faisaient pres­sion pour que l’on défient nos amis sur leurs plate­formes. Le prin­cipe reste celui du défi un peu stupide mais ces deux plate­formes y ajoutent une compo­sante Web Social inédite. Reste à voir si cela a vrai­ment un avenir. Pour ma part, je ne suis pas convaincu.

Conclu­sion

La fougue des premiers opus n’était pas là ce soir-là mais la Geek Chic #4 était encore une fois pleine de surprises et de stands inté­res­sants. Le problème « d’am­biance » que j’ai cru sentir durant la soirée venait, me semble-t-il, du choix de la salle, beau­coup trop grande je pense. Espé­rons que la prochaine Geek Chic soit un peu plus inti­miste et aussi réus­sie !

Ce soir : Geek Chic #4

Je serai norma­le­ment ce soir de passage à la Geek Chic #4.  Après divers opus aussi réus­sis les uns que le autres, je compte une nouvelle fois sur Fred pour nous orga­ni­ser une soirée des plus sympa­thiques.

On pourra y rencon­trer, en vrac : Pearl­tressMsiNortonHélia, ThqOxygé­nez-vousGeek­boos­ter, Betk­lub, Chalen­ge­my­netLes inva­sions éphé­mèresDIP et bien sûr Spidart (qui assu­rera l’am­biance musi­cale live).

Si vous voulez nous rejoindre, inscri­vez-vous !

WM France, pour ne rien perdre de l’actu Windows Mobile

Aujourd’­hui, petit coup de pouce à Icarius, MVP Windows Mobile , qui vient de lancer son site d’ac­tua­li­tés autour de l’OS préféré des adora­teurs du grand billou : WM France. Mehdi (de son vrai nom), nous propo­sera ainsi régu­liè­re­ment des billets sur les prochains mobiles, les futurs Windows Mobile 6.5 et 7.0, et les appli­ca­tions qui rendront jaloux les fanboys les plus corrom­pus.

Les 10 défis du blogueurs

<

p style= »text-align: center »>Hey guys, I captured the mouse!
photo credit: Darwin Bell

Sous l’im­pul­sion de la nouvelle top model des blogs, je réponds à la nouvelle chaine qui occupe les blogueurs l’été : les défis réali­sés et à réali­ser sur son blog. Une ques­tion diffi­cile car je n’ai pas vrai­ment de « défi » sur le blog. Je vais donc mettre 5 fier­tés et 5 hontes. Oui je suis comme ça, moi, je change les règles si je veux !

Et je veux désor­mais connaître les 10 défis de ma Libel­lule, de Chris et de Béné­dicte qui pourra ainsi confir­mer que les blogueurs sont des

5 fier­tés de blogueur :

  • Avoir choisi Word­press et mode­ler un blog qui me ressemble. J’ai commencé à bloguer sur Live Spaces et la plate-forme m’a vite montré ses limites. Depuis que j’ai choisi Word­press, je m’émer­veille chaque jour. Le suivi est impec­cable, la commu­nauté est vivante et les possi­bi­li­tés de person­na­li­sa­tion sont légions. Un véri­table must-have.
  • M’être arrêté à un thème. Et oui, ça parait idiot comme ça, mais la « thémite » aigüe est la mala­die la plus répan­due chez les blogueurs sous Word­press. Ici, globa­le­ment, peu de choses changent. Je modi­fie parfois un élément ou deux, histoire de dire, mais je suis globa­le­ment très heureux de ce thème que j’ai appri­voisé et re-codé au 1/3 à partir du travail origi­nal de Jide.
  • N’avoir jamais dit « n’im­porte quoi » par colère. Impos­sible de faire autre­ment : mon nom est dans le titre ! Certains pensent que cela limite mes possi­bi­li­tés d’ex­pres­sion et ils ont peut-être raison. Comme tout un chacun, j’ai mes éner­ve­ments et il m’ar­rive de penser des choses, de les écrire et de ne pas les publier. Lorsque le calme revient, je reprends les articles à froid pour voir s’ils corres­pondent vrai­ment à ce que je pense. 1 article sur 3 a ainsi drama­tique­ment fini dans la corbeille.

  • Conti­nuer à écrire ce que je veux. Quand j’ai commencé à bloguer, j’étais Micro­soft Student Part­ner et l’ac­tua­lité High-Tech était très impor­tante pour moi. Elle l’est toujours et j’opère une veille quoti­dienne, mais je ne me force pas à bloguer dessus. Oui, j’ai perdu de nombreux visi­teurs et non, ça ne me fait pas de la peine. Je suis heureux de pouvoir parler de finance de temps en temps, de poli­tique souvent, de poster des vidéos marran­tes… Otto a quali­fié mardi soir mon blog de « compliqué ». Je vais prendre ça pour un compli­ment ;)

  • Avoir aider ma Libel­lule à monter son propre blog. Je ne l’ai jamais poussé à créer un blog. Quand elle est partie aux Etats-Unis, ça lui a pris d’elle-même. Depuis je l’ai aidé à migrer son blog de BlogS­pot à Word­press, et elle s’amuse comme une folle à poster des recettes de cuisine pour lesquelles je suis le premier cobaye (et qui sont déli­cieuses, par ailleurs).

5 hontes de blogueur :

  • Ne pas avoir parler suffi­sam­ment de ma société. Je travaille pour une SSII et souvent, ces socié­tés ont mauvaise répu­ta­tion. Je n’ai pas vrai­ment aidé à chan­ger ça. Sachez qu’il existe des SSII humaines, avec un contact riche, de vraies valeurs et qui pour autant ne vous paie­ront pas en monnaie de singe. Mais je compte y reve­nir bien­tôt.

– Mal gérer la fréquence de mes publi­ca­tions. Écrire des articles pour ce blog est pour moi une acti­vité de loisir qui s’ex­prime de manière désor­don­née et compul­sive. Mes articles sont donc de taille variable et leur publi­ca­tion ne suit aucune logique. Les statis­tiques ne mentent pas : un certain nombre de lecteurs fuient les blogs de ce type. Parfois, j’es­saie d’être plus régu­lier, mais cela ne dure qu’un temps. Il faudra donc s’y faire !

– Oublier mes mots. Il y a des choses qu’on voudrait parta­ger avec la terre entière. On a les mots parfaits en tête, on se voit déjà en parler aux amis, à la famille. Et puis quelques heures/jours plus tard, plus rien. L’en­goue­ment est passé. La passion aussi. Rien ne sort.

– Rater pas mal d’évè­ne­ments ‘sociaux’. Ce n’est pas vrai­ment une décep­tion, juste un choix. Le choix de préfé­rer passer mes soirées tranquille­ment avec ma chérie plutôt qu’en soirée bruyante autour d’une bière. Quand le rythme de travail réduit les heures passées à la maison, c’est vital de gérer les prio­ri­tés. Le Social Blog­ging n’est pas en haut de ma liste.

– Ne pas prendre le temps de déve­lop­per certaines ‘enquê­tes’. Il arrive souvent que j’ai envie de parler d’un sujet et que je ne prenne pas le temps de récol­ter suffi­se­ment d’in­for­ma­tions pour en ressor­tir quelque chose d’in­té­res­sant. Mais ce n’est que partie remise !

Eric, le forçat robo­tique

En temps normal, je me contente d’un lien dans Del.icio.us ensuite repris ici dans l’ar­ticle quoti­dien dédié. Mais là, il fallait que je souligne le travail de fou réalisé par Eric de Geek Mag. Eric a réussi à réunir plus de 15 vidéos publi­ci­taires mettant en scène des robots de type « Trans­for­mers » dans un seul et même article. Un vrai plai­sir pour ceux qui, comme moi, avaient adoré la publi­cité avec la Citroen qui dansait ! Merci Eric. Ton travail ne passe pas inaperçu (et je te pique une petite vidéo pour la route) !

Chevro­let teck­to­nik ad
par Oliv_M

A voir aussi : son excellent dossier sur les robots et le cinéma, égale­ment bien rempli de vidéos !

Fuzz a été condamné

Fuzz a été condamné. La Justice française n’a donc rien compris au Web ? Avec cette déci­sion judi­ciaire, c’est tout un espace où l’in­no­va­tion est possible et l’es­prit d’en­tre­prendre intact qui s’obs­cur­cit. Au revoir, le web colla­bo­ra­tif. Bien­ve­nue aux procès à tout-va.

La mort du Web 2.0 ?

La ques­tion que je me pose aujourd’­hui est : la justice condamne-t-elle Fuzz parce qu’il rapporte (de quoi payer 3 caram­bars) ou pour le prin­cipe du lien vers un contenu externe ? Nous en saurons plus prochai­ne­ment mais si c’est la deuxième solu­tion qui s’avère être la bonne, ce sont plusieurs millions de français qui devront s’inquié­ter de possé­der un espace d’ex­pres­sion sur la toile.

Person­nel­le­ment, je me vois mal refaire le tour de tous mes liens pour les suppri­mer (car après tout, nous pour­rions être respon­sables même si le contenu chan­geait après avoir créer le lien, non ?)… Chienne de vie.

L’af­faire Fuzz / Olivier Marti­nez

Update du 21/03/08 :

Ces derniers jours ont vu l’émer­gence d’une véri­table crise de conscience qui bous­cule les foules virtuelles. Que penser de ces person­na­li­tés qui attaquent des sites web pour tout ou rien et réclament des montants sans aucun rapport avec la réalité ? Sûre­ment pas que du bien, mais il n’est pas non plus ques­tion de rentrer systé­ma­tique­ment en rébel­lion incon­trô­lable.

Olivier Marti­nez n’a pas eu de chance, et nous sommes nombreux, moi le premier, à avoir parti­cipé à ce buzz destiné à lui montrer le senti­ment des inter­nautes face à ses menaces. D’un délire sur Twit­ter lancé par une poignée de blogueurs se connais­sant pour la plupart est né un mouve­ment qui nous a tous dépassé et qui, s’il a au moins le mérite de susci­ter l’in­té­rêt des médias, n’est en toute honnê­teté pas très malin de notre part.

Malheu­reu­se­ment, Olivier Marti­nez n’est pas le seul à avoir assi­gné pour des préju­dices discu­tables. De l’ac­cu­sa­tion de diffa­ma­tion à la récla­ma­tion de dommage et inté­rêts pour l’uti­li­sa­tion d’une marque en sous-domaine (ça devient ridi­cule), le web français (souvent rela­ti­ve­ment amateur) et prin­ci­pa­le­ment le web colla­bo­ra­tif (blogs, sites de parta­ge…) vit ces jours-ci une hémo­ra­gie judi­ciaire sans précé­dent. Et il est vrai que son statut est ambigu. A qui faire porter la respon­sa­bi­lité du contenu ? Quelles limites ne pas dépas­ser ? Comment évaluer le préju­dice et les sanc­tions en rapport avec des (micro-)reve­nus dont le statut légal est plus ou moins flou ?

Espé­rons que cette affaire fasse comprendre à nos sphères légis­la­tives la néces­sité de mettre en place des notions légales de respon­sa­bi­lité qui soient adap­tées au support numé­rique et pas déri­vées d’un système d’édi­tion presse qui ne connait pas de compo­sante dyna­mique… et que les prin­ci­paux accu­sa­teurs apprennent à commu­niquer et/ou utili­ser des moyens plus intel­li­gents pour maitri­ser leur image.


Update du 19/03/08 : Le juge­ment final de « l’af­faire Fuzz »,  qui a mis la blogo­sphère en émoi, sera rendu la semaine prochaine. En atten­dant, un rapide constat de Vinz sur l’ac­tion grou­pée des blogueurs français…

NOUS, on ne l’aime vrai­ment pas Olivier Marti­nez from Vincent Huwer on Vimeo.

En voyant le nombre de sites concer­nés et l’am­pleur de l’im­pact que cela peut avoir sur l’image d’une personne (même si elle l’a mérité), je me pose une ques­tion : sommes-nous les terro­ristes de l’iden­tité numé­rique ?

 


Post du 17/03/08, inti­tulé « J’aime pas Olivier Marti­nez » : C’est un très mauvais acteur, malgré le renom de certains des films dans lesquels il a joué (Le Hussard sur le toit, Infi­dèle… ah ben mince en fait il n’y a à peu près que ça de bien).

En revanche, vous pense­rez peut-être que ça n’a rien à voir, mais j’aime bien la tarte au citron merin­guée.

Qu’en pensent Richard, Ravana et Fred ?

<

p align= »center »>
copy­right photo ? he@rt ?

Casual Friday

Gonzague a lancé un défi cravatte. En ce vendredi, dernier jour de la semaine, je propose au contraire de l’en­le­ver. Et vous, cravatte ou pas cravatte ?