3 véri­tés, 1 mensonge, 1 devi­nette

Un petit billet « chaîne de blogueurs » qui meuble en atten­dant que j’ai moins de travail et plus de temps à consa­crer à cet espace. L’idée est simple, il s’agit d’énon­cer 4 asser­tions dont seule­ment 3 sont des véri­tés (vous allez, voir, rien de très origi­nal, j’ai tout pompé sur Aratta qui m’a trans­mis la chaîne). A vous de trou­ver le mensonge.

Pour­suivre la lecture

Geek Chic #4 : Vamos à la playa

GeekChic4Comme à mon habi­tude, j’étais encore une fois au rendez-vous de la Geek Chic, orga­ni­sée pour l’oc­ca­sion du côté de Mont­par­nasse. Arrivé parmi les premiers (si ce n’est le premier) devant le Brazil Tropi­cal, j’ai d’abord eu la mauvaise surprise de décou­vrir que le début de la soirée avait été décalé à 19h30, voire plus tard, au lieu de 19h.

Je m’ap­prê­tais à sombrer dans l’al­cool pour noyer ma tris­tesse (comprendre : prendre une bière en atten­dant que ça commence) quand est arrivé un petit groupe de geeks plus ou moins ratta­chés à A Mon Humble Avis qui m’ont fati­gué les muscles faciaux et donner le cancer (comprendre : fais rigo­ler et offert une ciga­rette).

Bref, la soirée n’avait plus qu’à commen­cer et c’est vers huit heures moins le quart que nous sommes enfin rentrer, la queue derrière nous commençant à s’al­lon­ger plus que sérieu­se­ment.

A l’in­té­rieur, une ambiance de plage et de coco­tiers. Mes photos sont quasi­ment toutes floues et je ne trouve pas grand chose sur Flickr, il vous faudra donc imagi­ner. Mais l’im­por­tant, ce n’est pas l’en­droit, c’est ce qu’on y trouve. Et de ce côté-là, il y avait de quoi faire avec pas mal de très bon et un peu de bof…

Les bonnes surprises

Spidart, qui assu­rait la musique (ce dont je n’ai pas pu profi­ter car je suis parti trop tôt) avait installé quelques PCs pour montrer sa plate­forme de produc­tion et d’ac­com­pa­gne­ment des artistes à partir des dons des inter­nautes. J’ai ainsi appris que l’un de leurs poulains, Xavier V. Combs, venait de faire la première partie des Boyz II Men. Et il n’est pas seul puisque huit autres chan­teurs ou groupes ont déjà réussi à récol­ter 50000 euros : Naosol, Anesa, Jalane, Jessica Marquez, Jade, Tafta, The Star­li­ners et Anto Santa­ma­ria… pas mal pour cette jeune société ! D’ailleurs, je viens tout juste d’in­ves­tir 10€ sur Nico­las Loconte et j’at­tends ses prochains titres pour voir si je vais mettre davan­tage !

Pearl­tress tenait un des premiers stands, à l’en­trée. Pearl­tree pousse le concept d’hy­per­lien en offrant les outils permet­tant de struc­tu­rer, de hiérar­chi­ser et de repré­sen­ter graphique­ment des rela­tions ayant du sens entre diffé­rents conte­nus héber­gés sur le Web. La solu­tion est inté­res­sante, mais encore un peu austère je trouve. Mais il se peut qu’elle séduise rapi­de­ment de nombreux pres­crip­teurs. N’hé­si­tez pas à jeter un oeil au screen­cast.

Thq avait ramené l’écran géant et la PS3 pour nous montrer UFC 2009 Undis­pu­ted. D’après ce que j’ai pu comprendre, le joueur incarne un homme à moitié nu qui se jette dans les bras d’un autre homme puis, tout en trans­pi­rant, essaie de le mettre au sol pour qu’ils bougent l’un contre l’autre. Vous l’au­rez donc compris (ou pas), il s’agit d’une simu­la­tion de FreeFight au réalisme assez saisis­sant, voire même déran­geant quand les prota­go­nistes en viennent à se défor­mer le visage à coups de pieds… Bref, pas trop ma tasse de thé, même si graphique­ment ça reste une grosse claque.

Les inva­sions éphé­mères affi­chaient leurs créa­tions pour claviers : de très jolis petits auto­col­lants vyniles à coller sur les touches des Mac Book. Évidem­ment, leur gamme est bien plus vaste et j’ai vu dans leur cata­logue de très très jolies choses pour les murs de notre futur appar­te­ment. Vrai­ment une chouette décou­verte.

DIP faisait la démons­tra­tion de ses dispo­si­tifs audio sans-fil pour iPod/iPhone. Utili­sant une tech­no­lo­gie proprié­taire de trans­mis­sion que DIP annonce ne pas être pertur­bée par le blue­tooth ou le wifi envi­ron­nant, les deux produits présen­tés (un casque/oreillete opti­misé pour la course à pied et un haut-parleur pour vélo à accro­cher à côté de la sonnette pour faire le cake en bicy­clette) furent vrai­ment convain­cants. Reste à voir la qualité du son, ce qui m’a été diffi­cile à juger.

Les autres stands

Msi présen­tait sa gamme d’or­di­na­teurs mobile. Rien à signa­ler.

Norton avait affi­ché des grandes campagnes « Norton Heroes », surfant sur la vague des mutants et autres X-trucs pour vendre ses solu­tions de sécu­ri­tés.

Oxygé­nez-vous avait installé un bar à Oxygène où les blogueurs pouvaient venir tester une compo­si­tion aux huiles essen­tielles ou ache­ter une canette d’O2 à empor­ter. Amusant concept que j’ap­pré­cie­rais revoir puisque je n’ai pas eu le temps de tester moi-même la chose.

Tele­com ParisTech présen­taient son incu­ba­teur de start-ups. Je n’ai pas retenu grand chose, si ce n’est qu’Hello­co­ton et Hélia en font partie.

Geek­boos­ter propo­sait aux blogueurs présents son réseau d’échange de bannières à théma­tique High-Tech. Je ne suis pas resté long­temps mais je n’ai rien trouvé d’iné­dit.

Betk­lub et Chalen­ge­my­net faisaient pres­sion pour que l’on défient nos amis sur leurs plate­formes. Le prin­cipe reste celui du défi un peu stupide mais ces deux plate­formes y ajoutent une compo­sante Web Social inédite. Reste à voir si cela a vrai­ment un avenir. Pour ma part, je ne suis pas convaincu.

Conclu­sion

La fougue des premiers opus n’était pas là ce soir-là mais la Geek Chic #4 était encore une fois pleine de surprises et de stands inté­res­sants. Le problème « d’am­biance » que j’ai cru sentir durant la soirée venait, me semble-t-il, du choix de la salle, beau­coup trop grande je pense. Espé­rons que la prochaine Geek Chic soit un peu plus inti­miste et aussi réus­sie !

Ce soir : Geek Chic #4

Je serai norma­le­ment ce soir de passage à la Geek Chic #4.  Après divers opus aussi réus­sis les uns que le autres, je compte une nouvelle fois sur Fred pour nous orga­ni­ser une soirée des plus sympa­thiques.

On pourra y rencon­trer, en vrac : Pearl­tressMsiNortonHélia, ThqOxygé­nez-vousGeek­boos­ter, Betk­lub, Chalen­ge­my­netLes inva­sions éphé­mèresDIP et bien sûr Spidart (qui assu­rera l’am­biance musi­cale live).

Si vous voulez nous rejoindre, inscri­vez-vous !

WM France, pour ne rien perdre de l’actu Windows Mobile

Aujourd’­hui, petit coup de pouce à Icarius, MVP Windows Mobile , qui vient de lancer son site d’ac­tua­li­tés autour de l’OS préféré des adora­teurs du grand billou : WM France. Mehdi (de son vrai nom), nous propo­sera ainsi régu­liè­re­ment des billets sur les prochains mobiles, les futurs Windows Mobile 6.5 et 7.0, et les appli­ca­tions qui rendront jaloux les fanboys les plus corrom­pus.

La chaîne scéna­ris­tique est finie !

Et voilà, il fallait bien que ça arrive un jour : la chaine scéna­ris­tique est finie. Nous sommes 18 avoir écrit chacun un para­graphe : Tibo, Rade, Cat.0, moi , Fred, Arda­lia, Musar­der, Kitty, Fanette, Sebi, Aude, Janeczka, Caro, Ondine, Tisseuse, Pandora, Thierry Benquey et Pat de Bigorre

Le pitch : « Un mysté­rieux colis vient d’être livré. Son bruit évoque d’abord le Tic-Tac d’une bombe, mais on apprend que d’étranges animaux y logent. Appa­rem­ment, ils seraient le sujet d’ex­pé­ri­men­ta­tions secrè­tes… »

Pour lire l’his­toire complète, vous pouvez vous rendre direc­te­ment ici (vous pouvez même télé­char­ger la nouvelle en PDF).

Et si vous voulez vous aussi lancer une chaine scéna­ris­tique, je vous invite à aller voir par-là !

Idées reçues #1

Il arrive souvent que la moutarde me monte au nez quand j’en­tends rabâ­cher des absur­di­tés sous couvert de sagesse des foules. En effet, beau­coup des choses que l’on apprend au cours de notre vie sous couvert de « bon sens » sont en réali­tés des idées préconçues sans fonde­ments ou dont les raisons d’être ont dispa­rues depuis long­temps. Ce n’est pas parce ce que tout le monde le dit que c’est vrai !

Pour­suivre la lecture

La chaine scéna­ris­tique conti­nue

Juste un petit mot rapide pour dire que la chaine scéna­ris­tique conti­nue à parcou­rir la Toile. Nous en sommes à 7 para­graphes écrits par : Tibo, Rade, Cat.0, moi , Fred, Arda­lia, Musar­der et Kitty.

Le pitch : « Un mysté­rieux colis vient d’être livré. Son bruit évoque d’abord le Tic-Tac d’une bombe, mais on apprend que d’étranges animaux y logent. Appa­rem­ment, ils seraient le sujet d’ex­pé­ri­men­ta­tions secrè­tes… »

C’est main­te­nant à Fanette d’écrire la suite de l’his­toire !

P.S.: J’es­saie­rai de mettre à jour cet article de manière régu­lière pour suivre l’avan­cée du projet

La chaine scéna­ris­tique

Cat me trans­met la chaîne de TiBo, déjà passé par Rade. Le prin­cipe : chaque nouveau blogueur rajoute un para­graphe à l’his­toire, qui devra en conte­nir 50.
Et comme j’ap­pré­cie énor­mé­ment son style d’écri­ture, je propose à Fred de conti­nuer.

perfect stranger
Creative Commons License photo credit: mezone

Commençons. Bien que je ne sache pas vrai­ment par quoi commen­cer.
Nous étions un lundi quand ça s’est produit. Le 17 mars. C’était l’an­née de mes 34 ans.
Tout s’est passé si vite, et en même temps, comme au ralenti.
Voilà mon histoi­re… toute mon histoire.

Je venais de démé­na­ger à Paris. Pas loin des Halles.
Ce jour la, l’in­ter­phone m’avait réveillé. J’avais éteins mon réveil pour profi­ter d’une grasse mati­née bien méri­tée, après un week end chargé en démé­na­ge­ment. Mais appa­rem­ment mon nouveau facteur était mati­nal, et le colis ne pouvait pas attendre.

J’avais donc dû me lever, forcé et tiraillé par l’en­vie de repo­ser me replon­ger dans mes rêves. J’au­rais pu, oui, ne pas ouvrir la porte. J’au­rais pu me rendor­mir, succom­ber à cette tenta­tion de l’oreiller. J’au­rais pu… peut être même que j’au­rais dû… tout aurait peut être été plus simple…

D’un geste rapide, j’avais enfilé un tee-shirt puis ouvert la porte en me tenant de travers, afin de ne pas montrer au livreur que j’étais encore en sous-vête­ments. A son sourire moqueur, je compris que ma coif­fure trahis­sait une nuit agitée. Exas­péré, j’avais signé le reçu, pris le paquet et claqué la porte sans lui adres­ser le moindre mot supplé­men­taire. Le colis devait peser dans les 2 à 3 kilos, guère plus, répar­tis unifor­mé­ment dans un format de type « boite-à-chaus­sures ». Un colis clas­sique, en somme. Celui qu’on imagine toujours dans les mauvais romans.

… à suivre !

Epad 50 ans : feu d’ar­ti­fice avec les blogo­pho­to­graphes

La Défense avant l'heure
« La Défense avant l’heure » Creative Commons License photo credit: Damien Roué

Pour les 50 ans de La Défense, j’ai rejoint Damien, Richard, J-No (?), Méla­nieMichel , Ulrich, Lionel et une autre personne dont je n’ai plus le nom pour assis­ter au feu d’ar­ti­fice tiré à cette occa­sion.

Voir les photos de Damien, Richard, Michel…

Les Plus

Le cadre. Tiré de devant et derrière l’Arche, le feu d’ar­ti­fice était prin­ci­pa­le­ment destiné aux spec­ta­teurs situés sur l’es­pla­nade de la Défense. Les reflets et vibra­tions dans les bâti­ments de verre (à gauche, Elysée La Défense et à droite, le CNIT) triplaient l’im­pact visuel et acous­tique.

La variété. De nombreuses fusées, avec ou sans traine, explo­sives ou filantes et même une ving­taine de colonnes de feu à la puis­sance terri­fiante (3m de haut au moins, et les yeux qui chauffent à plus de 100m de distance), le spec­tacle ne manquait pas de variété et d’in­ten­sité.

Les moins

La bande son. Une compil’ de camping. Les chan­sons étaient dépas­sées ou vieillotes, de faible qualité artis­tique (mais en revanche l’acous­tique était très bonne).

Les projec­tions. De chaque côté de l’Arche étaient proje­tées des compo­si­tions façon fil de fer fluo. Du coeur qui vole au danseur de hip-hop, en passant par l’ours en peluche vert à nez rouge, tout et n’im­porte quoi a été projeté, sans aucun rapport avec le contexte ou la musique.

La fumée. Le problème d’un feu d’ar­ti­fice en envi­ron­ne­ment urbain est la venti­la­tion. La fumée issue des explo­sions n’a quasi­ment pas pris le vent tant et si bien que dans les dernières minutes du feu, on ne distin­guait presque plus rien.

La double zone de tir. Comme dit précé­dem­ment, la mise à feu avait lieu devant et derrière l’Arche. Devant, nous voyions les petites fusées, les tour­bi­lons, les colonnes de feu et autres effets pyro­tech­niques de faible hauteur. Derrière l’Arche étaient tirés les plus grosses margue­rites de lumière. Malheu­reu­se­ment, la pers­pec­tive de l’Arche étant ce qu’elle est, 30% des éclats du spec­tacle derrière l’Arche n’était pas visible.

Conclu­sion

Une très bonne occa­sion de revoir des cama­rades mais au final, un spec­tacle pyro­tech­nique très moyen qui pêchait surtout au niveau musi­cal. Dommage car la variété offerte, si elle avait été mieux compo­sée et ajus­tée sur une musique de qualité, aurait pu donné un spec­tacle surréa­liste.